Merci, ô merci à mes professeurs. Ma dette est géante. Je leur dois l'essentiel, ce cocktail qui, selon moi, construit le socle d'une éducation : l'exigence et la confiance. Je me souviens d'un professeur de 7° (le CM2 de jadis). Il s'appelait Monsieur Orsini. Outre mon presque pseudonyme, je lui dois l'exigence. Il m'a appris la mécanique de notre langue. Je me souviens de Monsieur Pettorelli, un prêtre eudiste, ancien officier de marine. Il fut un lumineux professeur de philosophie. Je lui dois la confiance. Il me répétait: il y a plus de possibles dans la vie, beaucoup plus de possibles que vous ne croyez. Il s'est écouté lui même puisqu'il s'est défroqué, marié, est devenu père de famille. A eux deux, à tous les autres, du fond du cœur, merci.

Erik Orsenna

Postée par Erik Orsenna le 11 mai 2015

0
J'aime

 Voir la galerie