A 17 ans, j’ai été renversé par une voiture. Un accident assez sérieux. J’ai passé mon anniversaire à l’hôpital, avec plusieurs fractures et contusions. Ça tombait mal : c’était l’année du bac – juste après la rentrée de septembre. Ma petite copine venait de me laisser tomber. J’ai eu un moment de désespoir et de découragement. Au retour, après plusieurs semaines d’absence, je savais que j’aurais beaucoup de travail à rattraper… Et grâce à un professeur formidable, j’ai découvert… la philosophie. Je m’y suis jeté comme naufragé. Lentement, j’ai repris goût aux choses, et j’ai trouvé dans la réflexion, la passion et l’humour et de ce professeur, et dans les textes, dans les livres qu'il nous conseillait ou nous faisait travailler, une véritable joie – et à l’époque, une forme de salut. Grâce à ce prof, et aux autres, je suis devenu écrivain, et parrain d'une ONG du nom de Bibliothèques Sans Frontières, qui aide au développement des bibliothèques, de la lecture et de l'écriture dans le monde. Alors, si je devais rendre hommage aux profs et leur faire la fête, avec un sourire je leur dirais que mes efforts d'aujourd'hui ne sont que le modeste prolongement de leurs efforts d'hier : merci ! Et accrochez-vous, car vous êtes aussi des moissonneurs du futur – et des sauveteurs ! Oui vous sauvez des vies : et parfois, ce ne sont pas de vains mots

Arnaud Delalande

Postée par Arnaud Delalande le 9 juin 2015

1
J'aime

 Voir la galerie